samedi 7 juin 2014

Megadrive

1790 Francs à la Serap ... 100 francs d'économie par rapport à un achat à la Fnac. Eh oui, avoir une Megadrive à sa sortie française, ça coutait cher. Enfin, comme dit la pub, jouer à Mystic Defender, ça n'avait pas de prix.

Des mois et des mois à rêver devant les tests de la version japonaise de ce jeu ... où le héros était parfois présenté comme une héroïne (!) évoluant dans des décors japonais traditionnels (pour les premiers niveaux ...) qui faisaient rêver.
Bon, pendant le voyage qui l'avait mené en occident, notre héros avait troqué son kimono contre un pantalon histoire d'éviter toute ambiguïté. Il avait aussi demandé à certains de ses ennemis de moins saigner et à sa copine de se rhabiller un peu dans une seconde version occidentale. Mais le jeu, suite de Spellcaster, restait bon, très bon.

Le jeu fourni avec la console, Altered Beast, épatait son monde avec la qualité sonore de la nouvelle machine. Cependant, il a vite vieilli après la sortie de hits comme Mystic Defender ou Mickey, Castle Of Illusion (avis perso)

... enfin, je devrais dire "LE" Megadrive: c'est écrit au dos de la boîte:
"Le Mega Drive Sega constitue l'ultime console de jeu d'ordinateur, utilisant pour la première fois l'énorme puissance de la toute dernière technologie à 16 bits"
 (non non, je n'ai pas fait d'erreur ...)

 La sortie Audio Vidéo du (!) Mega Drive français:

Alors, autant briser le mythe tout de suite: la console ne sort que du son MONO de sa prise DIN. Si vous aviez choisi votre TV en prenant garde que celle ci soit pourvue de 2 enceintes pour pouvoir profiter du son stéréo vanté sur la boîte ... ben c'était un peu con. Ce texte ne ment pas cependant: un son stéréo vous attend à la sortie d'une prise Jack avec réglage du volume via un potentiomètre.

Regardons de plus près ce qu'il sort de cette fameuse prise DIN:
- les signaux  R, G et B, qui ont besoin d'être amplifiées pour être utilisés par la TV
- du son mono (SOUND)
- du 5V (Vcc)
- la masse (GND)
- signal de synchronisation vidéo pure (SYNC), qui lui aussi a besoin d'être amplifié

De quoi a besoin votre TV?
- de signaux RGB amplifiés (voir l'article sur le RGB)
- des signaux audios L et R
- d'un signal 12V qui fait passer votre TV automatiquement sur son canal AV
- d'un signal BLANK, qui sert à dire à la TV que c'est bien le RVB qui est à prendre en compte et non un éventuel signal composite qui y serait aussi connecté (nous verrons que la MD japonaise délivre ce signal, pour une utilisation en vidéo composite... ou en RGB car ce signal porte aussi une synchronisation qui peut se soustraire à SYNC)

Pour passer des signaux de la prise DIN à la TV, on branche le câble péritel SEGA sur lequel il y a un boîtier, exactement le même que sur Master System (le schéma ci-dessous peut être trouvé sur de nombreux sites, apparamment sa paternité serait de Furrtek.org):






 Ci-dessous un récapitulatif très bien fait trouvé sur Segakore ...



... mais si vous voulez vous y retrouver avec les docs officielles, je vous conseille d'utiliser le pining suivant (source Wikipedia)


Au final je vous donne le schéma récapitulatif suivant:




La sortie Vidéo du (!) Mega Drive japonais:

Comptez bien le nombre de signaux issues d'un Mega Drive français: il y en a 7... sur une DIN8.
Regardez bien le brochage fourni par SegaKore: la dernière voie du boîtier RGB est prévu pour acheminer un signal composite, disponible à cet endroit uniquement en sortie d'un Megadrive japonais (par contre, ce modèle ne dispose d'une sortie SYNC utilisable, pour une TV SECAM selon Segakore)
Le signal composite dispose d'une synchronisation utilisable pour le RGB. Et puisque qu'il est acheminé par le câble dans le boîtier RGB, il suffit de le détourner en lieu et place du SYNC pour profiter de son Mega Drive japonais en RGB. Inutile de recopier ici tout le contenu de SegaKore ou du blog de Kotomi, mais je mets ci-dessous un récapitulatif de la modification qui transforme votre boitier RGB pour MD français en boîtier RGB pour MD français ou japonais



La fiche DIN qui fait chier:

Vous avez remarqué? la fiche DIN8 qui sort de la Megadrive est en U, contrairement aux DIN8 de la NEC, de la Neo Geo ... bref, de 90% des périphériques qui utilisent cette connectique. Du coup, ça empêche de se fabriquer des câbles compatibles pour plusieurs consoles dont la megadrive. Le pire, c'est que cette version "U" est bien difficile à trouver. Difficile donc de se fabriquer un câble de remplacement ou un adaptateur ... Ouf, après une longue recherche, j'ai trouvé une référence de DIN U chez Lumberg, disponible chez Radiospares (Ref 533-6792 pour la DIN "C" SV81 classique, Ref 533-2908 pour la "U" SV80 ... le suffixe "-8" faisant référence à une longueur réduite du connecteur)


Tant qu'on y est, parlons des connecteurs femelles: autant il est très facile de trouver des DIN8 en "C", autant la version "U" pose problème ...
Ci dessous la gamme Lumberg, et la âge RS du produit qui nous intéresse:



KGV et KFV correspondent aux 2 types de montages sont possibles sur panneau (selon que l'on désire ou non vissé le connecteur mâle dessus):









Switcher son Mega Drive:

Opération essentielle pour profiter pleinement de sa machine. A l'instar de la Master System, il est en effet très facile de transformer son MD français en MD "japonais ou américain" (entendez par là en MD 60Hz, avec sortie RGB+SYNC) Le but: faire passer les jeux US et Japonais sur sa machine, en 60Hz (la vitesse pour laquelle ils ont été conçus) et les jeux européen en 60Hz (la vitesse pour laquelle la plupart ont été conçus) avec image non comprimée.

Le switch d'une MD est presque aussi facile que celui d'une SMS. Seul le démontage de la console est un peu plus  compliqué (surtout à cause de la LED témoin de l'alimentation ... moi je m'embête pas, je coupe les fils et je ressoude après)

En premier lieu, repérez les points JP1, JP2, JP3 et JP4. Attention, l'ordre de ces points diffère selon les modèles.



Repérez les points A, B, C, D, E et F.



- les points B et E sont reliées aux broches d'un composant intégrés qui fixera respectivement le mode vidéo (50Hz ou 60Hz) et la langue (Anglais ou Japonais) de la console, selon qu'ils se voient proposer du 0V ou du 5V
- les points A, C, D et F proposent des potentiels 0V ou 5V
- les ponts JP3/JP4 et JP1/JP2 servent à acheminer facilement ces potentiels aux points B et E

Ainsi, il suffit pour SEGA de placer 2 ponts aux bons endroits pour définir vitesse et langue de la console.



Pour le switch proprement dit:
- limer les 2 ponts présents sur la console (cf. schéma suivant)
- souder des fils aux points A, B, C, D, E et F
- les relier à des interrupteurs 2 positions comme indiqués ci-dessous (B et E aux points centraux des 2 interrupteurs, A et C sur l'interrupteur 1, D et F sur l'interrupteur 2)



Pour tester son Switch:
Vous pouvez tester votre modification avec quackshot par exemple: ce jeu dans sa version occidentale (il n'est pas le seul) embarque les textes en anglais ET en japonais (l'affichage de l'une ou l'autre langue se fait selon la langue de la console)

Les jeux protégés:
Nombreux jeux sont protégés. Cette protection consiste à vérifier, pour le programme, si la vitesse et/ou la langue de la console correspond à la zone de vente du jeu. Cette vérification intervient généralement au lancement du jeu. Pour faire passer un jeu européen en 60Hz, il vous suffit alors d'allumer la console en 50Hz puis de la basculer en 60Hz une fois l'écran titre affiché.

Les rares bugs:
- Quackshot EUR: un passage 60Hz --> 50Hz "à chaud" provoque un défilement vertical de l'image. C'est le cas aussi pour quelques autres jeux. Mais cette manipulation n'a aucun intérêt (sauf celui de vérifier que c'est moins bien en 50Hz)
- Sonic US: le passage 50Hz-->60Hz à "chaud" (inutile car le jeu n'est pas protégé) donne lieu à un jeu en 60Hz, mais à l'image légèrement saccadé (pratiquement imperceptible) Allumez votre console directement en 60Hz.

J'ai appris cette méthode via le site igrekkess.fr (vous pouvez voir une impression issue de ce site sur l'une des photos) Je ne vous mets pas le lien car j'ai l'impression que le site que j'avais consulté à l'époque n'existe plus (j'ai trouvé un blog par contre ... est ce la même personne ?) Quoiqu'il en soit, vous trouverez des tutoriaux un peu partout de toute façon. Le but pour moi était de vous fournir une méthode qui marche, et les explications qui vont avec (parce qu'il est toujours bon de comprendre ce qu'on fait)

Surtout, surtout, ne jouez pas les fainéants en suivant un tutorial proposant une modification avec 1 seul interrupteur. Cette modification simplifiée repose sur le fait que les points B et E sont "pull-upés" en dur sur la carte, ce qui n'est pas le cas sur tous les modèles de console !!! Bien souvent, on se retrouve avec une console bloquée sur la langue JAP ... il vous faudra alors tout démonter pour refaire une modification à double interrupteur.


Attention, pour pouvoir insérer les jeux étrangers, il vous faudra limer un peu l'entrée cartouche (mais cette opération est bien moins fastidieuse que sur SNES)







Mon cheptel:

Bon, tout d'abord, j'ai toujours  la mienne, la première version sortie en première main donc. J'avais conservé la boîte en carton, mais malheureusement pas le polystyrène... remplacé par un polystyrène donné par un ami. Cette console, comme ma Super Nintendo, hors de question de la switcher. Je la garde telle quelle, comme au premier jour (et donc je ne joue pas avec !!)


Notez la valise "presque officielle" ... cet accessoire était largement diffusé en France et disponible, de mémoire, aussi pour la Super Nintendo.

La suivante, non switchée non plus, est dans un état superbe. Il s'agit certainement de l'un des derniers modèles de la Megadrive I, vendue en bundle avec Sonic et Ecco the Dolphin. Je l'ai eu sur une fin de brocante, à 3 euros (sans marchander) Seul bémol: la boîte, stockée toute la journée dans l'herbe humide, a bien morflée (il manque aussi des éléments intérieurs)




Les jeux qui m'ont marqué:

- Mystic Defender
- Street of Rage 1 & 2 (et sa fin à rallonge)
- Shadow Dancer, sauf le dernier niveau, typique du "on savait plus quoi mettre alors on vous fait un best of des niveaux précédents"
- Mickey Castle Of Illusion, magnifique. Son seul défaut est d'être un peu court (et un peu facile)
- Quackshot, le jeu parfait
- Sonic 1 & 2 (je n'ai pas le 3)
- Sonic et Knuckles
- Aladdin
- Mickey Mania

Je n'ai pas fait la course à la collection, et la plupart des jeux sont de première main. Aujourd'hui, je me fais surtout plaisir avec des jeux en version japonaise, pour profiter des jolies jaquettes et de l'absence de censure.




Petite anecdote: regardez bien la jaquette du jeu SONIC. Il s'agit d'une version Genesis, donc américaine. Pourtant, je l'ai bel et bien acheté dans une FNAC en France. Bavant sur les photos d'écrans des rubriques "Preview" des magazines spécialisés, j'avais attendu patiemment la sortie française. Le jour J, je me pointe dans cette grande surface, et découvre mon jeu estampillé "GENESIS" A l'intérieur de la boîte, la notice originale est bien la notice US, mais est accompagné d'une traduction française, en noir et blanc dans un plus pur style photocopie (de la même manière que sur Neo Geo AES, mais sans le glaçage) Que s'est il passé? Sega France avait il merdé dans l'approvisionnement des stocks? Pas la moindre idée ... si quelqu'un a la réponse, qu'il m'éclaire par commentaires ! Il s'est produit exactement la même chose avec les jeux HellFire et Fantasia (un jeu français pourtant !!) Evidemment ces jeux ne sont pas protégés contre une lecture à 50Hz, et tournent parfaitement sur une console française.

Petite anecdote (bis): En version US vous ne verrez pas la petite culotte de Blaze lors des coups de pieds sautés.

 Petite anecdote (ter): si vous faites passer la version européenne de Street Of Rage en 60Hz, vous aurez des décors en moins en haut et en bas de l'écran de jeu. Comme si, pour diminuer la taille des bandes noires en 50Hz (faudra que je vérifie si c'est le cas), SEGA avait rajouter des lignes "qui ne servent à rien" à ces endroits.

Petit avertissement: Dans une première version de cet article je critiquais sévèrement le jeu Strider (et sa jaquette européenne, immonde) On m'a fait remarquer que ce jeu n'était pas si nul que ça, surtout si on n'avait pas eu la chance de jouer en version arcade avant. Voilà, j'ai donc modifié mon article, mais je conseille à ceux qui veulent acheter ce jeu (au prix fort, en magasin) aujourd'hui d'y réfléchir à 2 fois.

Gros avertissement: fuyez les jeux infogrammes. On a affaire à des jeux de graphistes, mais pas de joueurs (gameplay et maniabilité à la ramasse, surutilisation de décors au premier plan, plateformes fondues dans le décor etc ...)

Le (mon) cas Daimakaimura:



Dans les années 90, il fallait être soit Nintendo, soit SEGA ... et j'avais choisi mon camp. J'avais l'impression d'avoir été plus intelligent que les autres, car ce choix avait été raisonné: j'avais abandonné mon désir d'avoir une NES en voyant les graphismes de la MS, et j'avais acheté ma MD alors que la SNES n'était pas sur le marché. Oui, les gens du marketing ne m'avait pas eu ... enfin, c'est ce que je croyais, car à l'époque je n'avais opté que pour l'un des deux "grands", laissant de côté les consoles NEC, et me persuadant que ma MD était bien la meilleure console du marché. Alors, quand j'ai vu, dans un magazine spécialisé, un test regroupant les versions MD et Supergrafx de Daimakaimura, j'ai été super déçu. Certes les deux versions recevaient des bonnes notes, mais c'était bien la version NEC qui obtenait la meilleure (92% de mémoire) Mon réflexe: le denie. Plutôt que d'acheter ce jeu, comme prévu, j'ai vite oublié l'existence de ce jeu. Il était primordial que ma console accueille les meilleures versions de TOUS les jeux. J'étais bien con tout de même ... alors voilà, bien des années plus tard, je me le procure en version japonaise, après y avoir joué sur de nombreux supports (enfin, sur de nombreuses versions émulées, pas pareil) Le bémol de ce jeu (découvert avec la version remasterisée de la PSP): la gestion (volontaire) des sauts. Impossible d'influer sur la longueur de ceux-ci (on est bien loin d'un Shinobi) On saute, ou on saute pas, point. Par contre, une fois que l'on a bien assimilé cet élément de Gameplay, je dois dire que ce jeu est une tuerie. Graphiquement, on a vraiment pas l'impression d'être sur MD (on ne retrouve d'ailleurs pas cet aspect "granuleux" propre à la console) La musique est envoutante, et l'ambiance ... inimitable. Le seul vrai point négatif: la difficulté !! J'ai eu du mal à passer le premier niveau (alors que dans les autres jeux, le premier niveau, c'est pour donner envie de découvrir le reste ...)
Bref, ruez vous sur ce jeu. En version japonaise, son prix est vraiment abordable (et les textes sont en anglais !!)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire